Téléphone : la coupure des lignes fixes continue


Les appareils mobiles sont de plus en plus intégrés à la vie quotidienne des êtres humains. Qu’il s’agisse de sondages téléphoniques ou en ligne, la prévalence du mobile et la préférence persistantes pour le mobile ont eu de nombreuses répercussions sur le secteur des études de marché.

 

1. Les sondages en ligne doivent être adaptés aux mobiles
 

En 2016, 43,6 % des consultations de pages web dans le monde se sont faites à partir d’appareils mobiles (en hausse par rapport à 35,1 % en 2015). Lors de récentes études portant sur la population générale, nous avons vu entre 30 et 50 % des questionnaires être remplis via des appareils mobiles. Si vous ne pensez pas à la manière dont votre étude va plaire aux répondants sur leur appareil mobile, vous risquez de vous aliéner un nombre substantiel de Canadiens (voir notre démo de sondage mobile).

 

2. Les sondages téléphoniques doivent inclure un échantillon de numéros de téléphones cellulaires

De plus en plus de Canadiens coupent leur ligne terrestre : en 2016, 28 % d’entre eux ne possédaient qu’un téléphone cellulaire (en hausse par rapport à 23 % en 2014). Il y a toutefois des différences d’une région à l’autre : ainsi, 35 % des Albertains comparativement à seulement 15 % des Néo-Brunswickois ne possèdent qu’un téléphone cellulaire. Le taux d’équipement en téléphones cellulaires continue à augmenter au Canada. En 2014, 82 % des Canadiens qui avaient un téléphone possédaient un téléphone cellulaire. En 2016, ce taux s’élevait à 87 %.

 

La tendance à couper le cordon devrait se poursuivre pour plusieurs raisons. D’une part, le marché de la téléphonie sans fil continue à devenir plus concurrentiel, avec chacun des fournisseurs se battant pour des clients, et baissant lentement leurs prix. D’autre part, et surtout du point de vue de la recherche par sondage, les jeunes Canadiens sont plus susceptibles de posséder un téléphone cellulaire que les Canadiens plus âgés. En fait, certains adolescents peuvent même parfois avoir grandi dans des ménages qui n’ont jamais eu de ligne terrestre.

De toute évidence, si vous voulez atteindre les jeunes Canadiens pour un sondage téléphonique, il est primordial d’inclure des numéros de téléphones mobiles et, en fait, ils représenteront sûrement l’essentiel des appels qui seront effectués.

 

3. Le fait d’appeler des téléphones mobiles pose des défis supplémentaires

Bien qu’il y ait de nombreux avantages à inclure un échantillon de numéros de téléphones cellulaires dans les sondages téléphoniques, cela crée aussi des défis supplémentaires. L’un des défis qui se présente depuis peu est la présence d’applications de blocage d’appel telles que HiYa et TrueCaller. Ces applications permettent aux utilisateurs de téléphones cellulaires de signaler les appels entrants indésirables. Si un nombre suffisant d’utilisateurs signalent un certain numéro de téléphone, ce numéro commence alors à être identifié sur l’écran d’appel comme un probable appel indésirable, permettant ainsi aux utilisateurs de bloquer ces types d’appels. La conséquence pour les sociétés spécialisées dans les études de marché est qu’il devient de plus en plus difficile de contacter des personnes sur leur téléphone cellulaire, d’autant plus que certaines de ces applications de blocage d’appel sont préinstallées sur certains téléphones.

Pour une société spécialisée dans les études de marché, il est important de savoir bien gérer les numéros de téléphones cellulaires afin de veiller à ce que les appels effectués ne soient pas bloqués inutilement.